Prison. Une ethnologue en centrale par Léonore Le Caisne

Prison. Une ethnologue en centrale

Titre de livre: Prison. Une ethnologue en centrale

Éditeur: Editions Odile Jacob

ISBN: 273810875X

Auteur: Léonore Le Caisne


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Prison. Une ethnologue en centrale.pdf - 45,877 KB/Sec

Mirror [#1]: Prison. Une ethnologue en centrale.pdf - 47,264 KB/Sec

Mirror [#2]: Prison. Une ethnologue en centrale.pdf - 27,396 KB/Sec

Léonore Le Caisne avec Prison. Une ethnologue en centrale

Immergée durant deux ans dans la prison de Poissy afin d'achever ses travaux de thèse sur le milieu carcéral, Léonore Le Caisne livre une étude ethnologique surprenante. Mais, plus qu'un répertoire structurel des comportements sociaux en prison, l'auteur s'est attaché à vivre avec eux, à apprendre à les connaître. Du parloir à l'atelier, de la cour de promenade à la cellule, du besoin de confession révoltée au mutisme fataliste, Léonore Le Caisne crée jour après jour un lien fort et humain avec ces prisonniers. "Braves types" ou "sales mecs", qu'importe au fond, l'ethnologue ne cherche pas à juger mais à traduire leurs expériences singulières de l'enfermement. Car enfermés et seuls, ils le sont et ils le crient.

Il ressort de ce livre fort que la souffrance la plus grande vécue dans les prisons, ce n'est pas la vétusté, l'insalubrité, la violence omniprésente, le risque immanquable de replonger, le mauvais sommeil, la maladie qui guette, pire que cela, c'est d'une dépossession d'eux-mêmes que souffrent les prisonniers. Pour Léonore Le Caisne, la prison est "un lieu de déconstruction de soi". Il faut aujourd'hui en prendre conscience car ce mal est à ce jour sans solution. --Denis Gombert

Livres connexes

Immergée durant deux ans dans la prison de Poissy afin d'achever ses travaux de thèse sur le milieu carcéral, Léonore Le Caisne livre une étude ethnologique surprenante. Mais, plus qu'un répertoire structurel des comportements sociaux en prison, l'auteur s'est attaché à vivre avec eux, à apprendre à les connaître. Du parloir à l'atelier, de la cour de promenade à la cellule, du besoin de confession révoltée au mutisme fataliste, Léonore Le Caisne crée jour après jour un lien fort et humain avec ces prisonniers. "Braves types" ou "sales mecs", qu'importe au fond, l'ethnologue ne cherche pas à juger mais à traduire leurs expériences singulières de l'enfermement. Car enfermés et seuls, ils le sont et ils le crient.

Il ressort de ce livre fort que la souffrance la plus grande vécue dans les prisons, ce n'est pas la vétusté, l'insalubrité, la violence omniprésente, le risque immanquable de replonger, le mauvais sommeil, la maladie qui guette, pire que cela, c'est d'une dépossession d'eux-mêmes que souffrent les prisonniers. Pour Léonore Le Caisne, la prison est "un lieu de déconstruction de soi". Il faut aujourd'hui en prendre conscience car ce mal est à ce jour sans solution. --Denis GombertImmergée durant deux ans dans la prison de Poissy afin d'achever ses travaux de thèse sur le milieu carcéral, Léonore Le Caisne livre une étude ethnologique surprenante. Mais, plus qu'un répertoire structurel des comportements sociaux en prison, l'auteur s'est attaché à vivre avec eux, à apprendre à les connaître. Du parloir à l'atelier, de la cour de promenade à la cellule, du besoin de confession révoltée au mutisme fataliste, Léonore Le Caisne crée jour après jour un lien fort et humain avec ces prisonniers. "Braves types" ou "sales mecs", qu'importe au fond, l'ethnologue ne cherche pas à juger mais à traduire leurs expériences singulières de l'enfermement. Car enfermés et seuls, ils le sont et ils le crient.

Il ressort de ce livre fort que la souffrance la plus grande vécue dans les prisons, ce n'est pas la vétusté, l'insalubrité, la violence omniprésente, le risque immanquable de replonger, le mauvais sommeil, la maladie qui guette, pire que cela, c'est d'une dépossession d'eux-mêmes que souffrent les prisonniers. Pour Léonore Le Caisne, la prison est "un lieu de déconstruction de soi". Il faut aujourd'hui en prendre conscience car ce mal est à ce jour sans solution. --Denis Gombert